Accueil > Economie >

Privatisation de l’hôtel El Hidhab de Sétif depuis 9 mois

« Des engagements non respectés par l’Etat »
lundi 25 septembre 2006, écrit par : Abdelhalim Benyelles, La Tribune, mis en ligne par : Boutebna N.

L’hôtel El Hidhab de Sétif, qui figurait parmi les 9 unités de l’EGT Est privatisable, a accédé au mode de l’économie de marché par sa cession au groupe privé SOFAFE en janvier 2006 pour une somme qui avoisinerait le quelque 67 milliards de centimes. Il s’agit d’une unité qui emploie 65 travailleurs, considérée comme bénéficiaire au vu de sa notoriété sur le marché du tourisme depuis sa création au début des années 1970 et dont le chiffre d’affaires se chiffrait en 2005 à près de 65 milliards de centimes.
Cependant après près d’une année du lancement de l’opération de privatisation, la section syndicale de l’unité considère que les conditions de signature de la cession en faveur du privé fait apparaître des carences notables apparues en matière de définition des clauses du contrat par le législateur. C’est ainsi que le représentant de la section syndicale accuse nommément les partenaires de la signature de l’accord à savoir l’EGT Est, le détenteur du porte-feuille de l’unité privatisée, le GSE du tourisme, le CPE ainsi que le ministère des Participations et de la Promotion des investissements. « Des décideurs qui ont bénéficié de la part de 1% du prêt de cession sans se soucier du devenir des travailleurs de l’hôtel El Hidhab », arguent les travailleurs qui regrettent l’absence de leur représentant aux séances de négociation de l’opération de privatisation. D’après notre enquête, l’AG provoquée par le directeur d’entreprise qui devait déterminer la position des travailleurs vis-à-vis de leur avenir n’a pas eu lieu. Il s’agirait, selon la réglementation, d’une séance supervisée par un huissier de justice qui déterminerait la nature de la quote-part des travailleurs par le biais d’un vote à main levée, nous explique un spécialiste.
L’ordonnance 01/04 de l’année 2001 qui oriente vers l’article 28, définit la quote-part des salariés, nous explique-t-on. Selon Lediaf Nouredine, représentant de la section syndicale et chargé de l’exploitation de l’hôtel Hidhab, les engagements de l’Etat n’ont pas été respectés. « Toute entreprise éligible à la privatisation donne l’opportunité à ses travailleurs de bénéficier de 10% du capital de l’entreprise », ce qui est contenu dans l’article 28 et qui représente aussi une part de l’action des travailleurs et un facteur de garantie du maintien de leur statut. Le représentant des travailleurs qui évoque le cas de la briqueterie de Sétif dont les clauses du contrat de privatisation ont été définies en prenant en charge tous les droits des travailleurs, déplore « les failles » enregistrées dans l’élaboration des résolutions du CPE et la « négligence » du droit des travailleurs de l’unité, qui demeure à ce jour le point noir de la cession de l’unité de l’EGT Est au profit d’un privé qui se dit, à l’occasion, engagé à appliquer l’article 28 au profit de la satisfaction de la revendication de ses travailleurs malgré les carences accusées par le législateur. Pour l’heure l’on noterait que les prérogatives du partenaire social n’ont pas été déterminées lors de la procédure de cession ainsi que la confusion accusée dans l’accord est inhérente au problème de l’application de l’article 28 du code du commerce qui ne défini même pas le moment de son application.
Pour le personnel de l’hôtel, qui est considéré comme le plus rentable de la wilaya de Sétif, maintenu à leurs postes dans leur totalité, les conditions de travail se présentent plutôt satisfaisantes tant sur le plan des acquis sociaux que celui des salaires depuis l’entame du nouveau mode de gestion qui date de janvier 2006.
Aussi, eu égard à la présence de pas moins de quatre hôtels classés, nouvellement inaugurés, la notion de concurrence est interprétée selon sa dimension positive par les cadres expérimentés issus de l’Ecole du tourisme, qui comptent sur le respect du plan d’investissement de l’unité afin de « demeurer les meilleurs » sur le marché de l’hôtellerie et du tourisme.

Lundi 25 septembre 2006

Par Abdelhalim Benyelles


Partager cet article :
2 commentaire(s) publié(s)
Commentaire n°822 :
Article intéressant qui met bien en lumière ce point de la legislation algérienne relative à la quote-part revenat aux salariés dans le cadre des privatisations.Toutefois l’auteur bien ayant suffisamment d’informations (trop ?) s’est quelque peu perdu dans des répétitions et des phrases sans fin.
DEVIL :
je trouve mon tres cher monsieur que les informations de votre article sont tout simplement fausses or l’hotel est une affaire fructueuse et la que la qualité de son service est tout sauf médiocre . DEVIL

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus