Accueil > Economie >

Le problème de l’irrigation à Sétif

mercredi 9 mai 2007, écrit par : Info Soir, mis en ligne par : Boutebna N.

Des opérations visent le renforcement des communes de la wilaya par de nouveaux forages, en tenant compte des priorités de la réutilisation des eaux usées par le biais des stations d’épuration et de traitement.

Ces initiatives qui se réalisent, en collaboration avec les services de l’hydraulique visent, notamment, à résoudre le problème épineux du puits d’Aklou, dans la commune de Béni Ourtilane (au nord), dont l’utilité en matière d’irrigation est avérée, mais qui présente des risques de pollution par les eaux usées. Parmi les autres problèmes qui bloquent l’exploitation des infrastructures destinées à l’irrigation des terres agricoles, l’on cite « l’inexistence d’entreprises chargées de la gestion et de la protection des eaux mobilisées », et les « vols et autres actes de vandalisme qui affectent les équipements d’irrigation ». A cela, s’ajoutent les « retards enregistrés, au niveau de plusieurs communes, dans la réalisation de certains projets du secteur », à l’exemple du projet de surélévation du petit barrage de Boukehoula, au nord du chef-lieu de wilaya et des chantiers de construction des deux stations de relevage d’El-Eulma et de Sétif. Notons, toutefois, que les projets des grands transferts, en cours de réalisation, permettront l’exploitation de 239 millions de m3 / an pour les besoins de l’irrigation.
Rappelons que la wilaya a enregistré, au cours des dernières années, un déficit quant à la mobilisation des ressources en eau, notamment, au niveau des zones rurales, ce qui a occasionné d’importantes perturbations à l’activité agricole. Cette situation qualifiée de « préoccupante » est due, selon le responsable en charge du secteur de l’agriculture, aux difficultés de mobilisation des eaux superficielles, en raison de la topographie de la wilaya et au déficit enregistré dans le traitement des eaux usées, destinées à l’irrigation. En outre, de nombreuses communes de la wilaya, nécessitent la rénovation des réseaux de distribution de l’eau potable « pour atténuer les effets des fuites d’eau et prévenir toute situation périlleuse qui pourrait résulter de l’utilisation de conduites ne répondant pas aux normes sanitaires ».
A noter que les programmes communaux de développement dans la wilaya de Sétif ont permis la réalisation de 292 opérations touchant, aussi bien, les réseaux d’alimentation en eau potable que ceux destinés à l’assainissement.

R. L. / APS
InfoSoir


Partager cet article :

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus