Accueil > Culture >

Farid Benyoucef sort un nouveau roman intitulé « Le Noir te va si mal »

samedi 12 décembre 2009, écrit par : Sétif.Info, mis en ligne par : Boutebna N.

n nouveau roman intitulé « Le Noir te va si mal », de son auteur Farid Benyoucef, vient de sortir dans le monde des livres pour lequel l’auteur prévoit, avec son éditeur, une vente-dédicace prochaine à Sétif. L’auteur est un ancien du Lycée de Sétif, il enseigne actuellement l’économie à l’Université d’Alger. Le Noir te va si mal, publié en Septembre 2009 aux éditions Lazhari Labter à Alger est son troisième ouvrage et son deuxième roman. Un troisième roman sera publié en 2010.

Le Noir te va si mal (adresse symbolique et pathétique à notre pays l’Algérie qui ne devrait être jamais habillée que de blanc) prend prétexte d’un détournement d’avion à l’aéroport d’Alger pour mettre en scène, dans un mortel huis clos, différents personnages dont les principaux sont une sœur et deux frères. La première, Nafissa, fonctionnaire de la Banque mondiale, vient en Algérie, après quelques années d’absence, en mission pour le compte de l’institution internationale. Elle se retrouve, avec les autres passagers, otage d’un commando de terroristes dont le chef n’est autre que son frère cadet Khalil, qu’elle ne reconnait pas, et qui revient lui aussi, mais dans des circonstances pour le moins létales, de ses folles pérégrinations idéologico-spirituelles, pour la faire exécuter comme premier otage après que les négociations avec les autorités sécuritaires, menées par le frère ainé des deux premiers, Marwane alias le Commissaire Abdelatif, eurent échouées. Le reste du roman s’attelle, dans une configuration de tragédie grecque, à mettre en duel le cadet des frères, seulement blessé lors de l’assaut donné par les forces de sécurité à l’avion, et se mourant en attendant la transplantation d’un foie pour remplacer le sien éclaté lors de l’assaut afin de survivre et d’être interrogé, et son frère aîné à qui les autorités demandent d’autoriser la greffe du foie de Nafissa morte à Khalil, seule compatibilité scientifique et technique à même d’assurer le succès futur de l’investigation des services de sécurité. Le drame, cornélien, de Marwane, fait appel aux ingrédients dramaturgiques et culturels algériens et aux canons de la tragédie grecque classique pour faire culminer le roman dans un désespoir humain à la mesure de la tragédie qu’a vécue le pays ces dernières années. Les trois frères et sœur étant plus que les membres de la même famille, ceux de toute une nation qui a goûté au fruit tragique, et ô combien amer, du fratricide et de la barbarie entre les enfants d’un seul et même pays.


Partager cet article :
4 commentaire(s) publié(s)
Omar Elmokhtar :
Salut Farid, Je suis vraiment content de constater que tu continues à explorer, avec brio, l’Univers fabuleux de la création.L’écriture restera une arme redoutable pour dire la Terre des Ancêtres et lever haut les idéaux de Liberté et de Dignité humaine. Salutations Fraternelles !

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus