Accueil > Sétif profond > Sétif Ville >

La musique andalouse à Aïn El-Fouara

mercredi 28 décembre 2005, écrit par : Boutebna N.

Programmé dans la capitale des Hauts Plateaux, le passage de l’orchestre national de musique andalouse a été un moment culturel fort, malgré des insuffisances au plan de l’organisation, en raison d’une défaillance en matière d’information de la part de ceux qui étaient chargés de gérer cette manifestation.

Le passage de ce formidable orchestre à la salle polyvalente de la maison de la Culture de Sétif s’est effectué, en effet, devant une assistance peu nombreuse, pour ne pas dire insignifiante. Et pourtant, ce ne sont pas les mélomanes du genre, dans la capitale du S’raoui, qui manquent.

Ils se seraient d’ailleurs rendus en masse pour suivre avec beaucoup d’intérêt le répertoire proposé par cet ensemble dirigé magistralement par le maestro Rachid Guerbas, s’ils avaient été mis au parfum de cet important événement culturel.

Cela dit, les quelques heureux présents ont eu droit à un agréable après-midi offert par cette formation qui réunissait en son sein une vingtaine de musiciens issus de trois ensembles régionaux. L’orchestre a jumelé les styles des trois « écoles » algériennes, en l’occurrence El-Gharnatia (Tlemcen), Sanhadjia (Alger) et El-Malouf (Constantine).

Le public a été gratifié d’une musique noble et raffinée, puisée dans le patrimoine musical algérien et basée sur une harmonieuse succession de mouvements connus dans la nouba, tels que touchia, masdar, dardj, insiraf et autres khlass.

M. H. G.

Le Jeune Indépendant


Partager cet article :

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus