Accueil > Sports

ES Sétif : Saâdi partant

lundi 15 octobre 2007

En l’absence d’informations officielles diffusées par un club, ne faisant pas de la communication une priorité, la rumeur bat son plein sur un bon nombre de points inhérents à la vie du champion sortant, qui vit des moments difficiles.

Pour la vox populi, Saâdi qui vient juste de parapher son contrat et n’ayant que trois semaines d’exercice, serait partant. D’après les on-dit, son remplaçant n’est autre qu’un entraîneur d’une formation de division deux. Cette information peut, dans le cas où elle se confirmerait, coûter cher à la trésorerie de l’Entente déjà ruinée par l’onéreux limogeage du Suisse. Cette « nouvelle » qui porte un sacré coup, un de plus au champion sortant, n’a été ni confirmée ni démentie. Le mouvement des joueurs et des dirigeants, désignés par le boss de l’association, n’a pas échappé aux dépêches faisant état d’un probable repêchage du Nigérien Djibou, qui devient tout d’un coup intéressant. Les échos mettent en outre le doigt sur la « démission » de deux membres du comité directeur qui n’est toujours pas agréé. L’état de santé du polyvalent Benchaïra, envoyé à Alger, est différemment interprété. Ces informations interviennent au moment où le collectif s’apprête à mettre le cap sur les lieux saints où l’attend de pied ferme El Wihda qui se trouve en stage bloqué. Contrairement aux Ententistes en repos depuis cinq jours, ce qui pèsera sur leur rendement, les saoudiens ont, à l’instar des tunisiens qui ont joué samedi dernier le 6e match de championnat, fait l’impasse sur les fêtes de l’Aïd. pour pouvoir ainsi dompter le tenant de la 4e édition de la Champion’s league arabe ayant joué de vilains tours à l’Ittihad, le Nasr el Ahly de Djeddah, les autres ténors du royaume se préparant par le biais d’ une presse qui se met de la partie pour « réserver un bon accueil » à leur bête noire. Une tempête qui peut, en perdurant, mettre non seulement les acquis de l’exercice écoulé en péril, mais l’existence même de l’Entente faisant plus que jamais face à une crise de compétences, désintéressées de surcroît. Comme ce fut le cas la saison dernière, durant laquelle le club phare des Hauts-plateaux était cité par Rabah Saâdane, l’ancien et probable futur patron des verts, comme un modèle à suivre. L’on apprend par ailleurs, d’une source digne de foi, que ces problèmes vont, nous dit-on, pousser le boss du club Serrar, à rendre le tablier dans les prochaines heures bien avant le départ de l’équipe vers les lieux saints.

Kamel Beniaiche El Watan


Derniers articles