Accueil > Sétif profond

Session criminelle de Sétif : Crime ignoble : perpétuité pour deux assassins

dimanche 2 décembre 2007

La genèse de l’affaire remonte au mois de février 2005, lorsque les services de la Sûreté furent alertés par les citoyens sur la présence d’un sac en plastique abandonné au niveau de la gare routière de Sétif.
Selon la rumeur c’était une bombe, mais arrivés sur les lieux, les éléments de la police découvrirent un tronc et des membres sectionnés d’un corps humain. L’identification de la victime s’avérera difficile devant l’absence des restes du corps (tête et membres). L’enquête piétinait jusqu’au mois de mai de la même année où un autre sac fut découvert à la cité des 300 Logements. Les restes du corps furent découverts avec, cependant, les membres supérieurs brûlés afin d’éviter toute identification d’empreinte digitale. Décidés à élucider ce crime crapuleux, les éléments de la Sûreté travailleront d’arrache-pied et récolteront les moindres informations qui leur permettront, dans une première étape, d’identifier la victime (une femme âgée de 52 ans habitant à une localité distante de 7 km) et par là même connaître son voisinage et ses affinités. Un certain B. Y., âgé de 20 ans, lui rendait quotidiennement visite. Interpellé, ce dernier passera aux aveux. Il ramena chez lui K. A., âgé d’une quarantaine d’années, une dispute éclata et le jeune homme asséna plusieurs coups de couteau à la femme que son ami achèvera par strangulation. Leur crime accompli, les deux assassins sectionneront la tête et les membres de leur victime. Après cet acte abominable, le tout fut déposé dans un sac en plastique. Le tribunal criminel de Sétif dans son audience a condamné B. Y. et K. A. à la perpétuité alors que le représentant du ministère public a requis la peine de mort.

H. Mustapha, La Nouvelle République


Derniers articles