Accueil > Sports

ES Sétif : Saâdi limogé… Djamil à la rescousse

mardi 4 décembre 2007

L’inattendue défaite de l’Entente de Sétif face au Khroub a fait, en la personne de Saâdi, une victime.

Le désormais ex-coach a été limogé, à l’issue d’une partie qui a démasqué les tares et carences d’une formation, battue par un onze plus frais et mieux organisé sur le terrain : « L’arbitre du match ainsi que le mauvais comportement d’une partie du public ayant tout fait pour saborder notre travail qui n’a pas était du goût de certains anciens dirigeants qui ont voulu toucher, à travers ma personne, Serrar, sont à l’origine des déboires du club », dira Saâdi qui explique mal la réaction d’un groupe de pseudos supporters. Serrar, le boss du club qui enfonce par une intervention sur les ondes de la radio locale, le clou, pointe d’un doigt accusateur les ex-membres du comité directeur : « Pour faire croire aux gens qu’après eux, c’est le déluge, certains anciens dirigeants dont les noms seront rendus public au moment opportun, sont à l’origine des dernières contre-performances de l’équipe, en Coupe arabe ou face au Khroub », souligne le boss ententiste qui profite de l’opportunité pour jeter un pavé dans la mare : « Ces gens ayant touché l’arbitre du match d’El Majd qui a privé l’équipe d’un penalty travaillent dans les coulisses pour nous casser. Ce complot ne vise pas Serrar qui peut partir à tout moment, il porte par contre un grave préjudice à l’Entente qui est plus que jamais en péril. Ces gens ne se rendent pas compte que l’Entente est une institution qui appartient à tous les Ententistes qu’ils soient Sétifiens ou non. Un rapport détaillé sera adressé aux pouvoirs publics pour leur faire des dangers encourus par l’ordre public », précise non sans une certaine colère le numéro un ententiste qui se dit en outre détenteur de preuves sur l’implication de ses ex-compagnons. Cette sortie de Serrar qui s’apparente à une bombe ne passera certainement pas inaperçue. L’on apprend que l’Irakien Ameur Djamil n’étant autre que l’ex-driver du CAB sera vraisemblablement le futur entraîneur du champion qui s’essouffle. Le quelconque recrutement qui n’a pas été à la hauteur du statut et des objectifs du club, la mauvaise préparation de l’intersaison, la crise au sein du comité directeur et l’indiscipline de certains cadres qui se prennent désormais pour des nababs sont dans une grande mesure les principales causes du déclin du champion sortant devant, en sus, composer avec l’infernal et démentiel plan de charge.

Kamel Beniaiche El Watan


Derniers articles