Accueil > Culture

Ville sans salles de cinéma

dimanche 13 janvier 2008

Le festival du film amazigh se tient à Sétif entre le 9 et le 13 janvier. Qui dit festival de film, dit projection cinématographique, et qui dit projection, dit salle de cinéma. Seulement, on oublie de dire que la population sétifienne est privée de salles de cinéma depuis plus d’une douzaine d’années, au moins. Oui, Sétif, depuis l’incendie qui a détruit le Variété, la transformation du Star en centre commercial par ses propriétaires, la fermeture du « Colisée » et la reconversion de l’ABC en salle de vente et de réunions politiques, n’a pas vu beaucoup de projecteurs donner vie au grand écran. Le cinéma est mort à Sétif, depuis qu’il n’existe plus aucune salle à cet effet dans la capitale des Hauts-Plateaux. Alors comment organiser un festival du film sans les espaces adéquats et sans un public, qui n’a jamais eu le plaisir d’apprécier une projection sur grand écran ? Les pouvoirs publics et les responsables de la culture ne pensent-ils pas qu’il est temps de redonner vie au 7e art à Sétif ?

El Watan


Derniers articles