Accueil > Santé

117 morts en 2007

mercredi 23 janvier 2008

Cinq accidents de la route se produisent chaque jour à travers la wilaya de Sétif. Tel est le décompte macabre, conséquence du « terrorisme routier », annoncé lors du point de presse organisé par la gendarmerie nationale.

La plupart de ces accidents (1 223) ont eu lieu sur des routes nationales, notamment la RN5, qui s’est taillé la part de lion avec 799 sinistres. Ces accidents ont causé la mort de 117 personnes et fait pas moins de 2 137 blessés, soit une baisse de 14 décès par rapport à l’année 2006, où il a été enregistré 1 310 accidents, ayant fait 131 morts et 2 117 blessés. Selon le colonel Soltani, les principales causes de ce phénomène sont l’absence de conscience des automobilistes, l’excès de vitesse et le non-respect du code de la route. Il est fait état de 50 points noirs, à travers le réseau routier de la wilaya, où un grand nombre d’accident se produit en permanence. Signalons que le tissu routier de la wilaya de Sétif compte 11 RN sur 600 km, 24 routes de wilaya sur 708 km, et plus de 2 330 km de chemins communaux. A noter que le parc de wilaya comptabilise 227 671 véhicules pour le seul exercice 2006. Dans le même contexte, les éléments de la gendarmerie nationale ont procédé au retrait de 6 735 permis de conduire pour différentes raisons, ce qui représente le double par rapport à l’année 2006, où seulement 3 105 de ces documents ont été retirés. En ce qui concerne le bilan de la police judiciaire, il a été enregistré 165 crimes, l’arrestation de 2 866 personnes, qui ont été déférés devant le parquet, et dont 585 d’entre elles ont été placées sous mandat de dépôt. Pas moins de 72 affaires liées au trafic de drogue ont été traitées au cours de l’année écoulée par les éléments de la gendarmerie, ce qui a permis la saisie de plus de 49 kg de kif et de 1 585 plaquettes de psychotropes pour un montant global dépassant les 2,5 MDA ; 136 individus, impliqués dans ces affaires, ont été arrêtés et déférés devant le parquet, dont 125 ont été placés sous mandat de dépôt. L’officier supérieur a indiqué, en réponse aux questions des journalistes, que « des éléments de la police judiciaire de la gendarmerie nationale participent à un stage de formation à l’étranger pour parfaire leurs notions sur la lutte contre le crime organisé et les affaires liées aux nouvelles technologies de l’information et de la communication ».

L. Hammachi El Watan


Derniers articles