Accueil > Sétif profond

Un élève tue son camarade

mercredi 30 janvier 2008

Un jeune collégien est décédé dimanche dernier, poignardé à la porte du collège des 750 logements, situé non loin de la cité populaire Bel-Air, par un camarade de classe.

La, ou les causes, on s’en f... Pour une affaire de fille, de cigarette, de sou ou d’autre chose, cela importe peu. Un gosse a été assassiné et un autre a tué. Lequel des deux est fautif ? Lequel est la victime ? Deux vies ont été détruites et la responsabilité ne peut en incomber qu’à la société qui engendre des tueurs, à des parents qui n’ont aucune prise sur leur progéniture, et à une école qui n’assume plus son rôle éducatif. Nos enfants deviennent des monstres sous nos yeux et nous ne faisons rien. La télévision, la drogue et le mercantilisme de la société fait d e nous tous, autant que nous sommes, parents, enseignants, responsables ou ou simples citoyens, des complices passifs et des spectateurs de l’éclosion d’une nouvelle souche d’Algériens qui ne croient plus en rien et que rien ne peut arrêter. Nos marmots tuent pour une cigarette ou pour un joint. Les armes blanches sont vendues en vitrine et au souk, sous les yeux des services de sécurité, et certains parents les offrent à leurs rejetons. Et l’enfant achèvera le parcours en le plantant dans le ventre de son camarade.

Nabil Lalmi El Watan


Derniers articles