Accueil > Sétif profond

Le supplice pour un document à la CNAS

mercredi 4 juin 2008

L’obtention d’un certificat de non-affiliation à la CNAS n’est pas chose aisée à Sétif. Il faut parfois consacrer toute une journée à faire la chaîne pour obtenir le fameux document, nécessaire pour beaucoup de dossiers administratifs.

C’est le constat fait de visu avant-hier au niveau du siège de l’avenue Bahri Khier. Lors de notre visite sur les lieux, nous avons été surpris par la chaîne qui s’allongeait jusqu’à l’extérieur des bâtiments , rendant malaisé l’accès à l’intérieur du siège et partant aux guichets, surtout dans la pagaille qui règne en l’absence d’un minimum d’organisation.

Sachant que seule l’agence-mère est habilitée à remettre le fameux document, l’on se demande comment deux guichets peuvent suffire à une population de plus de 1,5 million d’habitants. Les citoyens rencontrés sont dépassés et en colère devant cet état de fait. « Poireauter » pendant plus de 4 heures est parfois très humiliant. Si on habite le chef-lieu de wilaya, on peut toujours s’arranger, mais pour ceux qui habitent les zones éloignées de Sétif, à l’exemple de F.D., résidant dans la localité éloignée de Aït Nawal Mezada, qui a dû passer la journée de dimanche à faire la chaîne, n’a pu obtenir le papier en question, et a dû sacrifier une autre journée de travail, et sortir aux aurores pour revenir faire le pied de grue.

Les usagers dénoncent le manque d’efficacité de la caisse, qui au lieu d’ouvrir des guichets dans ses différents centres implantés dans les 60 communes de Sétif, oblige les citoyens à subir les files, interminables, au siège. Dans le souci de faire connaître les doléances émanant des citoyens et d’obtenir une explication à cette situation concernant le certificat de non-affiliation et la commission de recours, dont les assurés attendent, selon nos informations, une réponse depuis plus d’une année, nous avons essayé de prendre contact avec le 1er responsable de l’institution, qui malheureusement était absent. Il convient, par ailleurs, de signaler le comportement désobligeant des employés de la caisse, depuis l’agent de sécurité à la secrétaire de direction.

M. Ben Mohamed, El Watan


Derniers articles