Accueil > Sétif profond

Les « couacs » des examens

lundi 9 juin 2008

Pour les candidats aux examens du bac et du BEM, qui paient des frais d’examen assez consistants, à savoir 3 000 et 1 000 DA respectivement, l’erreur n’est pas autorisée : ils n’ouvrent droit qu’à une seule copie par discipline. Les surveillants et les responsables des centres d’examen auraient découvert un nombre de copies insuffisant lors des épreuves de français et d’anglais du BEM, plus spécialement. Le même problème devrait, selon certaines sources, se poser lors des épreuves du baccalauréat. Même le sandwich donné aux candidats et aux surveillants dans certains établissements en a outré plus d’un. Le morceau de pain et les deux portions de fromage (moisi parfois) démentent les déclarations sur les budgets alloués à ces opérations. Les résultats de l’examen de 6e, dans bon nombre d’établissements de la ville de Sétif, n’étaient toujours pas affichés samedi après-midi. Les potaches et leurs parents, qui attendent avec impatience ces résultats, ne savent plus à quel saint se vouer. Si au centre de correction, l’on assure que toutes les listes ont été remises aux inspecteurs du primaire, chacun dans sa circonscription, ces derniers sont introuvables dans leurs bureaux. Les erreurs dans les listes seraient nombreuses, selon des sources qui requièrent l’anonymat, et les résultats frôleraient la catastrophe (41 % pour la 5e année et 31 % pour la 6e).

Par Nabil Lalmi El Watan

Derniers articles