Accueil > Sétif profond

Quand la pluie coupe la route

dimanche 17 septembre 2006

Des pluies torrentielles se sont abattues dernièrement sur la capitale des Hauts-Plateaux. Par le passé, ces averses perturbaient la circulation. Cette fois-ci, elles ont tout bonnement transformé les rues en marécages, interrompant la circulation routière, au grand dam des automobilistes. La démissionnaire assemblée populaire communale, qui focalise tous ses « mouvements » sur le récurrent coup d’Etat qui n’aura pas lieu car les prétendants d’hier, d’aujourd’hui et de demain au très convoité « koursi » autant que son titulaire sont du même moule, a oublié d’entretenir les égouts et les avaloirs d’une cité « inondée » par les maux et la boue. Depuis le départ à la retraite des anciens (élus et fonctionnaires), l’APC a perdu la notion du service public. Les routes et les chemins sont encore « bondés » de sable et de pierres charriés par la générosité du ciel, et le laxisme des élus dont certains trouvent le moyen de se pavaner en… Berlingo.
Et comme le ridicule ne tue pas, certaines éminences affichent d’ores et déjà leurs intentions. Pour « services rendus », ils ne briguent ni plus ni moins que le koursi de… député qui les dispenserait des histoires de routes gondolées ou éventrées, de la dégradation du cadre de vie et surtout de l’insurmontable problème de la pluie qui coupe la route…

El Watan


Derniers articles