Accueil > Sports

Après JSK-ESS : Le passage de témoin

mercredi 27 septembre 2006

Certes, c’est encore trop tôt de le dire, mais la rencontre JSK-ESS pourrait être ainsi qualifiée de passage de témoin entre le champion en titre et son probable successeur.

La victoire de Sétif n’a fait qu’enfoncer un peu plus la formation kabyle dans une profonde crise psychologique, du fait que le déclic attendu après le limogeage de Chay et l’arrivée de Da Cunha n’a pas encore eu lieu. Le doute s’est désormais installé chez les joueurs, mais aussi chez leurs fans. Ces derniers placides sont restés sans voix à la fin de la rencontre. Ils auront surtout remarqué que leur équipe manquait de cohésion et surtout d’un patron à même de diriger la manœuvre. Ils ont surtout vu des joueurs qui ne s’entendent plus sur le terrain, à l’image de cette altercation verbale entre Yacef et Wassiou ou encore ces gestes de la main de mécontentement qui en disent long sur l’état d’esprit qui règne actuellement au sein de la formation locale. D’ailleurs, un joueur sétifien, dans une conversation que nous avons saisie au vol avec un de ses responsables, ne comprenait pas ce qui se passait à la JSK. « Les joueurs entre eux se disaient bien des choses qui ne sont guère reluisantes », dira-t-il. Ce qui dénote bien que rien ne va plus au sein du groupe miné par cette série de contre-performances qui ne veulent guère s’arrêter. Le coach brésilien ainsi que son assistant Kadri ont préféré filer à l’anglaise qu’affronter la presse qui a reçu un niet de la part des joueurs qui se sont refusés à toute déclaration, consternés qu’ils étaient. Ils étaient bien seuls à la fin de la partie, point de dirigeants, seul l’entraîneur des gardiens Izri était là pour répondre aux questions des confrères.

Mohamed Rachid, El Watan


Derniers articles