Accueil > Sétif profond

Le bon vouloir d’un pompiste

dimanche 3 décembre 2006

Jeudi passé, la station Naftal située à la sortie Est de Sétif a été, aux environs de 10 h, le théâtre d’une scène burlesque. Les clients voulant faire le plein de GPL
(Sirghaz) n’ont pas été servis pour, semble-t-il, l’absence du pompiste chargé de la mission. Les interrogations des clients qui ne pouvaient poireauter plus longtemps ont été mal « avalées » par un
« bureaucrate ». Ce dernier, qui a non seulement rabroué les insatisfaits clients, ne s’est pas empêché de les chasser de son « bureau » puis de le fermer carrément. Pour
ne pas être certainement importuné par les « chercheurs » de GPL ou de l’essence sans plomb. Témoin de la scène, on a voulu connaître le son de cloche du maître des lieux, il
n’a hélas pas voulu ouvrir les portes de son « bunker ».
Cette situation nous pousse à mettre le doigt sur le look et les prestations de ces stations, en total déphasage avec l’environnement concurrentiel et les nouvelles
donnes de l’économie de marché. Au lieu d’être constamment à l’écoute d’une clientèle qui s’interroge : Pourquoi nos stations-service ne sont pas équipées d’un espace de lavage et graissage, d’un atelier pneumatique, d’une cafétéria, d’une boutique (pour ne pas dire superette) et d’une cafétéria qu’on trouve chez nos voisins ? Les
gérants de ces espaces publics qui rapportent pourtant gros, continuent de gérer comme au beau vieux temps de la GSE.

K. B. El Watan

Derniers articles