Accueil > Santé

CHU Sétif : Histoire d’abaisselangues

dimanche 10 décembre 2006

Décidément, le centre hospitalo-universitaire Saâdna Abdenour de Sétif n’en finit plus avec les frasques qui portent préjudice à la réputation altérant davantage la prise en charge des patients et accentue par-là même les difficultés des praticiens qui font de leur mieux. Mais quand les listes des consommables s’allongent, les meilleures compétences s’avouent vaincues. Pour l’illustration, l’on apprend d’une source sûre que le médecin chef de service de pédiatrie a adressé au directeur général du CHU, le 2 décembre 2006, une correspondance lui faisant part de la rupture de deux produits, à savoir les abaisselangues et le soluté intraveineux de réhydratation (SIR). Le professeur n’a, nous dit-on, pas manqué de souligner qu’en l’absence des abaisse-langues, la prise en charge des enfants du pavillon des urgences est aléatoire. Selon notre source, le forfait du SIR, le moyen de lutte contre la déshydratation considérée comme un problème de santé publique et qui a de surcroît fait l’objet d’un programme national, irrite au premier degré les praticiens de la pédiatrie qui font face à moult autres entraves. L’on apprend, par ailleurs, que le directeur de la santé et de la population a été, lui aussi, saisi.

El Watan


Derniers articles