Accueil > Sétif profond

Droits de l’homme

dimanche 10 décembre 2006

En cet hiver sibérien, des vulnérables de la société passent la nuit à la belle étoile. Sur le point de donner la vie, des femmes à terme ne tombent que rarement sur des gynécologues qui fuient de jour comme de nuit la maternité de l’hôpital mère et enfant du CHU de Sétif. Les gardes nocturnes enregistrent des vides sur les 31 permanences du mois de juillet 2006, 20 n’ont pas été assurées par un spécialiste. La célébration de la Journée internationale des handicapés a laissé les concernés (handicapés, associations actives et les parents surtout) sur leur faim. Une hospitalo-universitaire attend, à l’instar d’autres spécialistes, un utopique logement de fonction (un accessoire sous d’autres cieux) qui leur a été pourtant promis. Forts d’une décision de justice, intimant l’ordre à certains zélés gestionnaires de se conformer au jugement prononcé pourtant au nom du peuple, de nombreux agents, licenciés le plus souvent pour un oui ou un nom, prennent leur mal en patience, sont des bribes d’exemples de droits de citoyens dans l’expectative. Les pouvoirs publics qui essayent ces derniers temps de redorer le blason des droits de l’homme, les plus souvent bafoués, sont plus que jamais interpellés pour joindre l’acte à la parole.

El Watan

Derniers articles