Accueil > Sétif profond

Foule à l’état civil de Sétif

dimanche 18 février 2007

Les services de l’état civil de l’APC de Sétif regorgent de monde et ce dès l’ouverture à 9h jusqu’à 16h, heure de fermeture. Les citoyens agglutinés aux guichets sont tous là pour avoir un acte de naissance « original », le seul valable devant la bureaucratie bien algérienne, qui fait des lois pour ne pas les respecter. Les gens passent 3 à 4 heures dans une chaîne pour obtenir le fameux document ; parfois c’est la matinée et l’après-midi entières qu’ils y passent. Les employés sont peu nombreux et dépassés. Un concours de recrutement a permis d’établir une liste de 41 agents, ce qui pourrait accélérer les performances de l’état civil, mais la liste est bloquée quelque part dans les méandres impénétrables de l’APC et les 41 chômeurs le sont toujours. Les employés sont peu courtois avec les citoyens. Ils travaillent à leur rythme (au ralenti), abandonnent les guichets quand ça leur plait, dès qu’ils voient rappliquer une connaissance, ou quand leur portable sonne et ce, au mépris de ceux qui font la chaîne. Ces derniers sont rabroués par tout ce qui est derrière le guichet. A seize heures, tous les présents sont mis à la porte. L’informatisation de ce service est plus que jamais nécessaire.

El Watan


Derniers articles