Accueil > Sétif profond

La justice à la barre

mardi 3 avril 2007

Le procureur général près la cour de Sétif en compagnie du président de la même cour ont, lors d’une conférence de presse, annoncé l’ouverture de la 1re session criminelle de l’exercice 2007.

Sont enrôlées à cette session 76 affaires criminelles, dont 15 pour homicide volontaire et tentative de meurtre, 26 affaires de vol qualifié et association de malfaiteurs, 13 pour atteinte aux mœurs et attentat à la pudeur avec violence, 3 pour trafic de stupéfiants, une seule affaire de dilapidation de biens publics, 4 liées au terrorisme, 6 incendies volontaires, 4 affaires de falsification de documents officiels et aussi 4 autres pour coups et blessures volontaires ; 144 inculpés sont dénombrés pour ces diverses actions. Les magistrats et les différents services de la cour de Sétif agissent avec une dynamique nouvelle et une célérité qui ont permis de diminuer le nombre de dossiers non traités. Seuls 5% des affaires en cours de jugement subsistent de l’exercice 2006, des retards considérables ont été rattrapés. Réduire la durée de l’instruction, achever les affaires en cours et désigner de nouveaux jurés, sont les objectifs de la cour de Sétif. La remise du jugement se fait en vingt jours au maximum, le casier judiciaire (400 par jour en moyenne) et le certificat de nationalité sont délivrés sur place. Le nombre d’agents en charge de ces services est en nette progression, et malgré l’exiguïté des lieux où ils travaillent, ces jeunes recrutés par contrat préemploi pour la plupart, assurent la cadence. Le public est invité à signaler tout manquement aux services du procureur général. De nombreuses questions ont été discutées, la détention préventive, l’indépendance de la justice et l’application des lois. Dans leurs déclarations, le procureur général et le président de la cour ont annoncé l’ouverture du nouveau tribunal de Sétif avant la fin juin, l’emplacement de la nouvelle cour de Sétif qui se situera à la cité Bel-Air sur une superficie de 15 000 m2, le choix du terrain des maisons d’arrêt de Aïn Azel et Aïn Oulmène, le lancement des études pour celle d’El Eulma, ainsi que l’attribution du budget pour l’extension du parloir du centre de rééducation de Bel-Air.

Nabil Lalmi El Watan


Derniers articles