Accueil > Sétif profond

Débat sur la place de l’artiste dans la ville

vendredi 20 avril 2007

Les organisateurs du Salon national des arts plastiques ont profité de la présence à Sétif d’artistes de différentes régions du pays pour organiser une séance-débat regroupant architectes, étudiants et artistes autour du thème portant sur la place de l’artiste dans la cité. C’est l’aspect de l’embellissement urbain qui a été soulevé dans un souci de mettre sur le devant de la scène les valeurs esthétiques et artistiques de la ville. Si certains intervenants ont insisté sur la jeunesse du métier d’architecte et d’artiste, et qu’il faudrait reconstruire la société car, selon eux, l’Algérie souffre d’un graveproblème d’élite qui devrait diriger les destinées en matière d’aménagement et d’embellissement de la ville, d’autres ont, en revanche, mis l’accent sur la complicité de l’architecte dans l’anarchie urbaine constatée dans nos villes. « La qualité du bâti dans nos villes est excellente, c’est l’absence d’espaces publics qui pose problème », a relevé un architecte. Il s’agit là d’une problématique posée devant un parterre formé d’hommes de l’art et de concepteurs urbains dans le souci de détecter les barrières qui entravent l’intervention de l’artiste dans le domaine de l’embellissement urbain de sa cité, une notion longtemps décriée. Le devenir des jardins publics coloniaux ainsi que les délimitations des espaces urbains ont été cités à titre d’exemple pour critiquer la gestion actuelle de la ville. Mais il ne peut en être autrement tant que les deux intervenants de l’embellissement urbain demeurent présents mais marginalisés du domaine de l’aménagement urbain, et que le problème de projet de ville incombe toujours et encore aux gestionnaires locaux en charge des affaires de la ville, ceux élus par la population dans le but d’assurer la mission de l’amélioration du cadre de vie des citoyens.

Jeudi 19 Avril 2007
Par Abdelhalim Benyelles
La Tribune


Derniers articles