Accueil > Culture

Terrorisme des stades

dimanche 6 mai 2007

En moins de vingt quatre heures, le stade du 8 Mai 1945, a abrité deux rencontres capitales. Jeudi, l’Entente a donné la réplique aux Jordaniens d’Al Faisaly.

N’ayant aucune culture sportive, certains énergumènes, qui ont effacé d’un trait les moments de bonheur procurés des mois durant par le onze sétifien, ont, à l’issue d’une belle soirée, bombardé de divers projectiles la verdoyante pelouse, transformée en poubelle. Le lendemain vendredi, Sétifiens de la grande USMS et Skikdis de la glorieuse JSMS, en quête du prestige d’antan, se mettent de la partie. Une victoire donnant droit à un ticket de la D II était l’objectif recherché par les deux formations. Néanmoins, ces retrouvailles ont été entachées par de regrettables et gravissimes incidents générés par des voyous n’ayant aucun lien avec le football. Les délinquants se sont livrés à une bataille rangée qui s’est soldée par des blessés, des voitures saccagées et des couteaux confisqués. Plus grave encore, de jeunes enfants qui devaient être normalement à cette heure et en cette journée fériée à la maison en train de préparer leurs examens de fin d’année, ont été entraînés dans cette spirale de haine et de violence . La clémence à l’égard des fauteurs de troubles n’ayant ni foi ni loi et la démission des parents, sont à l’origine de la prolifération de ce « terrorisme » des stades, qu’on doit éradiquer à la source car, seules des personnes innocentes et les biens d’autrui sont à chaque fois la cible de ces hooligans qui ne doivent bénéficier d’aucune circonstance atténuante et encore moins de clémence.

Kamel Beniaiche
El Watan


Derniers articles