Accueil > Sétif profond

La marche en arrière

dimanche 13 mai 2007

Le cadre de vie des citoyens des hautes plaines sétifiennes est en piteux état. Aucun endroit n’est épargné par la décrépitude qui gangrène aussi bien le chef-lieu de la wilaya que le coin le plus reculé de la région L’incivisme des citoyens, premiers responsables de la descente aux enfers, en est la cause.

La nonchalance des élus locaux, ayant fait de leur mandat celui des querelles, des coups bas et des retraits de confiances, a donné un coup de massue à la région empêtrée dans la gadoue, le manque d’espaces verts, de routes éventrées, le forfait de l’éclairage public, obligeant les citoyens à se terrer dès le coucher du soleil. Sachant que les pouvoirs publics ont, à cet effet, alloué une enveloppe de 450 milliards de centimes, rien que pour embellir les vingt chefs-lieux de daïra. Hélas ! Devant le forfait des bonnes volontés, la réhabilitation et l’aménagement des différents sites qui font du surplace, ne dépassent guère les 20%. Le déficit en entreprise de réalisation est un faux prétexte. C’est plutôt le manque d’engagement et l’occultation des promesses postélectorales qui sont à l’origine de cette marche en arrière.

Kamel Beniaiche
El Watan

Derniers articles