Accueil > Sétif profond

La nonchalance a la peau dure

dimanche 27 mai 2007

La nonchalance des gestionnaires du chef-lieu de wilaya a encore de beaux jours. La crasse qui fait désormais partie du décor de la cité, tombée en désuétude par la faute de ses « serviteurs » en fin de mission, ayant pourtant fait campagne pour redorer le blason de l’agglomération, prend des proportions alarmantes !

Les cris de nombreux citoyens refusant la mort d’une cité possédant, pourtant, de nombreux atouts et arguments pouvant faire d’elle un modèle ainsi que les écrits de presse, qui ne cache pas le soleil par un tamis, n’ont pas hélas chatouillé les locataires d’un hôtel de ville miné depuis octobre 2002 par les interminables querelles de clochers. L’année budgétaire tire à sa fin et les enveloppes allouées par les pouvoirs publics sont consommées en parcimonie. L’éclairage public est toujours défaillant, et on installe de nouveaux lampadaires uniquement en face des nouvelles infrastructures. De nombreuses cités croupissent sous les ordures et le « diktat » des rats et chiens errants. De nombreux chemins, aussi bien du centre-ville que de la périphérie, gondolés et éventrés, regorgent de poussière. Les tacots de bus continuent d’envenimer l’atmosphère de la cité. Les marchés des 1014 logements et Abacha, où l’on vend toutes sortes de poisons, ne sont ni contrôlés ni aménagés ou décrassés. Certains lugubres arrêts de bus, tout comme les vides sanitaires de certaines tours, sont tancés, à l’instar de nombreux espaces de la capitale des Hauts-Plateaux, par de nombreux maux, à cause de la nonchalance des démissionnaires…

Kamel Beniaiche El Watan

Derniers articles