Accueil > Sétif profond

Une histoire de carte grise

mercredi 13 juin 2007

Un citoyen se voit de façon récurrente signifier par des agents de la daïra de Sétif pour la énième fois que la carte grise de sa petite Renault quatre (R4), achetée à Bordj Bou Arréridj en décembre 2006, est, six mois après le dépôt du dossier, toujours en stand-by. Les services concernés de la wilaya précitée ne se trouveant, pourtant, qu’à 65 km de la capitale des Hauts-Plateaux n’ont, le moins qu’on puisse dire, pas fait le nécessaire. Cette situation s’apparentant aux lenteurs d’une bureaucratie ayant encore la peau dure, n’a pas été du goût du citoyen qui dit en substance : « Avec de tels réflexes, l’administration algérienne, qui est, à ma connaissance dotée de l’outil informatique n’avance pas, mais recule et donne une mauvaise image du pays qui doit bannir ces pratiques d’une ère pourtant révolue » Notons, à toute fin utile, que de nombreux citoyens sont confrontés au même problème.

El Watan

Derniers articles