Accueil > Sports

Entente Sportive de Sétif : Les « minimes » sur la trace des grands

mercredi 20 juin 2007

Serrar et les siens ont certainement compris que le salut du football national et plus particulièrement sétifien ne pouvait venir que de la formation. C’est une expérience qui sera certainement porteuse pour peu qu’elle ne soit pas pervertie par des comportements extra- sportifs

En ouverture de la rencontre de division deux opposant jeudi dernier le Mouloudia de Constantine à l’USM Dréan, le public local a eu l’agréable surprise d’admirer une prestation de haute qualité qui a mis aux prises, pour le compte du championnat régional, les minimes de l’Itihab riadhi baladiat Aïn Smara (IRBAS) à ceux de l’Entente sportive de Sétif (ESS).

Les coéquipiers de Bekakchi, un capitaine et surtout un joueur qui fera parler de lui à l’avenir, ont fourni une prestation sur le plan technique des plus élevées matérialisée sur le terrain par des phases de jeu… d’école avec une rigueur exceptionnelle dans la maîtrise du ballon, la progression balle au pied, la vision, l’altruisme dans l’effort et aussi le fair-play. Et heureux hasard, ils sont tous issus d’une école… celle de formation que l’Entente de Sétif a créée l’année écoulée. Une expérience, même si l’appréciation, voire la conclusion pourrait être quelque peu hâtive, donne déjà ses fruits. En tout état de cause, D. Omar, leur coach, qui a fêté avec eux cette première consécration, en est convaincu. « Le travail qu’a fourni l’encadrement technique, la présence matérielle et morale quasipermanente du staff général de l’association, la volonté de ces jeunes pousses de se comporter comme des grands dans l’effort tout en se donnant du plaisir, ont été payés en retour. Mon équipe est aujourd’hui championne régionale et ce titre est d’autant plus mérité que notre adversaire avait fait preuve de grande vaillance ». Les jeunes vont aller aux play off qui vont se dérouler à Tipasa pour la désignation du champion national avec un cœur gros comme ça. « Nous ferons tout pour que l’ESS représente dignement Sétif, la région Est mais aussi le football national… comme leur ont indiqué la voie les seniors ». Rappelons que l’équipe minime de l’ESS a disposé de son adversaire sur le score de deux buts à zéro. La mi-temps avait été sifflée alors que les deux équipes étaient à égalité (0-0). Serrar et les siens ont certainement compris que le salut du football national et plus particulièrement sétifien ne pouvait venir que de la formation. C’est une expérience qui sera certainement porteuse pour peu qu’elle ne soit pas pervertie par des comportements extra-sportifs car, incontestablement, ce choix pourrait être un véritable filon si son exploitation se fait à la manière de ce que n’a jamais cessé de faire en France l’AJ Auxerre ou le FC Nantes Loire-Atlantique. L’actuel patron de l’ESS dont on connaît la pondération, l’humilité, la générosité dans le labeur, la propension à être à l’écoute de tout le monde notamment ceux qui sont en mesure d’apporter un plus, s’il ne détient pas la science infuse, s’en va, toutefois, lentement mais sûrement compte tenu de son expérience de joueur, de dirigeant, sur le bon chemin.

A. L. La Tribune


Derniers articles