Accueil > Sétif profond

Ca pullule au parc

jeudi 12 juillet 2007

Le parc d’attractions de Sétif est envahi ces jours-ci par une cohorte d’aoûtiens venus de tous horizons. Dès les premières heures de la journée, l’espace de « villégiature » est pris d’assaut. Couples, familles et bandes viennent chercher un peu de loisir et de fraîcheur dans cet espace dont l’état général laisse encore à désirer. Il n’est pas facile de trouver un espace de verdure ou d’ombre. Un paysage de sécheresse domine, les travaux de restauration, engagés pour une partie du parc, semblent avoir été abandonnés. Les vendeurs à la sauvette, qui ne se sauvent plus, accaparent les allées. Les commerces établis débordent et grignotent l’espace et font, surtout, dans le multiservice. Les baraques sont nombreuses à s’installer, comme les espaces de jeux. D’ailleurs, les vestiges historiques enterrés sous le bitume du temps de Bendjedid (le wali) le sont encore. Et ce n’est que commerce de bouffe, dès les premiers centimètres de la citadelle, tout se mange et bonjour l’hygiène ! Les prix sont exorbitants, en général, que ce soit pour la nourriture ou les jeux. « On paie 40 DA par enfant pour 2 minutes de manège. C’est trop cher. Et si vous ramenez trois gosses avec vous, c’est la ruine ! », diront Keroum et Moncef, deux promeneurs. La foule est nombreuse, il y a ceux qui viennent se promener et passer du bon temps et il y a ceux qui viennent regarder ces derniers. Devant le bateau pirate, on comptera plus de voyeurs que de passagers. Malgré leur interdiction dans l’enceinte du parc d’attractions, les motos font des rallyes, même des voitures circulent et les chiens non tenus en laisse s’y pavanent en toute liberté. Les sonos assourdissantes des vendeurs de CD braillent à forts décibels et rien n’atténue le charivari quotidien des lieux. La salle d’expositions, aux allures extérieures de ruine, qui accueille parfois des spectacles ou des expositions, se trouve dans un piteux état. Même si ce constat des lieux risque de chatouiller ou d’égratigner les responsables et élus locaux en charge de la structure, il reste énormément de travail à faire du côté de la citadelle.

El Watan

Derniers articles