Accueil > Sétif profond

Le diktat des taxis

jeudi 9 août 2007

Le début de la saison estivale est l’occasion attendue par les chauffeurs de taxis de Sétif pour imposer leur diktat aux voyageurs. Agglutinés dans la station de la gare routière, tels des oiseaux de proie, ils sont à l’affût du moindre voyageur désireux d’aller vers la côte. Aller à Bejaïa ou à Jijel n’est plus chose simple. Comme les bus, malgré leurs défaillances et leurs vétustés, les taxis sont pris d’assaut dès leur arrivée ; le voyageur qui n’a plus le choix, tombe dans leurs mains et doit se plier à leurs exigences. Tous de mèche, ils augmentent le prix de la place et raccourcissent le trajet. « C’est 400 DA, et on s’arrête à Souk El Thenine, aucun taxi n’ira plus loin, à moins que vous ne lui payiez la course », c’est la seule réponse qu’obtiendra le voyageur. Personne ne contrôle ces chauffeurs de taxis qui constituent une vraie maffia, et ils font leur loi tant qu’on leur laissera le champ libre.

Nabil Lalmi, El Watan

Derniers articles