Accueil > Sétif profond

Pourquoi n’ai-je pas voté ?

mercredi 5 septembre 2007

Le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales vient de saisir par une correspondance officielle, les citoyens ayant fait dernièrement l’impasse sur les élections législatives et ce, pour connaître les raisons ou prévenir un autre boycott se profilant à l’horizon des prochaines élections communales qui ne vont au rythme où vont les affaires du citoyens-bulletin, pas déroger à la nouvelle règle de l’abstention.

Pour de nombreux « questionnés », « Il aurait été plus judicieux d’envoyer ce questionnaire aux élus, responsables dans une grande mesure de la réaction des citoyens qui ne croient plus aux paroles des prêcheurs d’engagements sans lendemain » dira un boudeur. Froissé par les promesses non tenues, un souscripteur aux 500 logements AADL de Sétif qui ne sont toujours pas livrés, enfonce le clou : « Un sous citoyen comme moi, n’ayant toujours pas un toit pour me caser et fonder un foyer, ne votera que le jour où il recouvrira, son statut de citoyen à part entière ». L’insalubrité, la dégradation du cadre de vie, la chute drastique du pouvoir d’achat sont les autres causes, nous dit-on, du boycott. Pour de nombreux citoyens de la capitale des hauts plateaux, faisant face à la pénurie d’eau, aux lenteurs inhérentes aux travaux de réhabilitation du réseau routier et à la bureaucratie qui leur exige à chaque rentrée scolaire un extrait de naissance N° 12, n’ont plus en tête ce souci qui ne rapportent gros qu’aux intéressés.

Kamel Beniaiche El Watan


Derniers articles