Accueil > La CNAS organise une journée d’information destinée aux médecins

Signaler au modérateur

Certains commentaires publiés pourront parfois échapper à la modération. Nous vous prions de nous signaler à travers ce formulaire un commentaire qui vous semble génant.

Voici le message que vous voulez signaler :

Aïssa : A l’attention de celles et ceux qui critiquent les médecins à Sétif ( et en Algérie), voici un article très long : MAIS LE TITRE SUFFIT. : " Fuite des cerveaux : Près de 10 000 médecins algériens exercent en France ". "Logo El Watan - Mardi 10 janvier 2017. Fuite des cerveaux : Près de 10 000 médecins algériens exercent en France le 10.01.17 | 10h00 Réagissez Selon le docteur Bekkat Berkani Mohamed, président du conseil national de l’Ordre des médecins algériens, l’exil des praticiens algériens est justifié par le manque de considération dont ils font l’objet en Algérie. Il y aurait quelque 10 000 médecins qui ont préféré s’installer et exercer en France. Cette déclaration faite par le docteur Bekkat Berkani Mohamed, président du conseil national de l’Ordre des médecins algériens, invité du forum d’El Moudjahid, est justifiée par le manque de considération dont font l’objet les médecins en Algérie. Selon ses propos, la santé n’a pas la place qu’elle mérite. « Elle devrait être la préoccupation des autorités non pas en besoins matériels mais au-delà, explique-t-il. Il faut qu’il y ait un Conseil des ministres spécialement dédié à la santé, la formation, l’accès aux soins, les moyens humains pour avoir une feuille de route du secteur. Elle s’avère importante étant donné qu’il n’y a pas un état des lieux réel. » Concernant le projet de loi sanitaire, le Dr Bekkat Berkani revient sur le nombre important de réserves relevées par son instance. « Nous avons émis plusieurs réserves, mais nous n’avons pas consulté le brouillon de ce projet de loi afin de constater si elles ont été prises en considération ou pas. Parmi les choses qui doivent absolument être incluses dans ce nouveaux texte, s’il on veut lui assurer une pérennité d’au moins 10 ans, l’agence du médicament. Il faut justement que cette nouvelle loi revoie dans le détail toutes les prérogatives de cette instance afin que sa décision soit décisive et irrévocable. Il faut également consacrer un chapitre à la prévention et lui créer un véritable office. Ce dernier doit (...)

Quelle est la nature du problème ?

Merci d'indiquer ci-après que vous n'êtes pas un robot