Jeudi  25 Djoumada Thani 1438  -  23 mars 2017
Accueil > Des imams à la rescousse pour le respect du code de la route

Signaler au modérateur

Certains commentaires publiés pourront parfois échapper à la modération, nous vous prions de nous signaler à travers ce formulaire un commentaire qui vous semble génant.


Voici le message que vous voulez signaler :

khali : ce que dit l’islam sur l’homicide involontaire et l’homicide volontaire après avoir lit l’intégralité du texte, faite une réflexion sur le rôle que doit jouer la famille pour que l’homicide soit banni de nos valeurs bonne lecture Si un musulman tue un autre musulman par erreur comme cela arrive dans les accidents de la circulation. .. Que doit-il faire ? Louanges à Allah L’homicide involontaire entraîne deux choses : le paiement du prix du sang et l’expiation. Allah Très Haut : « Il n’appartient pas à un croyant de tuer un autre croyant, si ce n’est par erreur. Quiconque tue par erreur un croyant, qu’il affranchisse alors un esclave croyant et remette à sa famille le prix du sang, à moins que celle-ci n’y renonce par charité. » (Coran, 4 : 92). Quant au prix du sang, il doit être payé par les proches parents du tueur, à savoir son père, ses ascendants paternels, ses frères germains, ses frères consanguins, leurs fils, les oncles paternels et leurs fils, selon Abou Hanifa, Malick et Ahmad. Cheikh Ibn Outhaymine dit dans Charh al-Mumti, (11/77) : Les proches parents en question sont les parents mâles, héritiers ou pas. Aussi le mari, le frère utérin et le grand père maternel n’en font pas partie ». Citation légèrement remaniée. L’autorité compétente doit répartir le prix aux intéressés en fonction de leur degré de parenté avec le tueur et de leur richesse ; la part à supporter par le plus proche est plus importante que celle à payer par le moins proche. Celle à acquitter par le plus riche ne sera pas comme celle exigible du moins fortuné. Le parent pauvre n’en supportera rien. Voir Ach-Charh al-mumti’, 11/80. Ibn Qudama dit dans al-Moughni, 12/21 : « Nous ne sachions aucune divergence de vues au sein des ulémas sur l’imputabilité du prix du sang aux parents du tueur en cas d’homicide involontaire. Selon Ibn Al-Moudhir un consensus s’était dégagé sur la question au sein de ses maîtres. Et des informations vérifiées indiquent que le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) avait jugé que ce (...)

Quelle est la nature du problème ?