Accueil > Tentative de vol à la mosquée El Falah de Sétif

Signaler au modérateur

Certains commentaires publiés pourront parfois échapper à la modération, nous vous prions de nous signaler à travers ce formulaire un commentaire qui vous semble génant.


Voici le message que vous voulez signaler :

@Woman Je pense que tout ce qui nous arrive est savamment orchestré et participe d’une stratégie d’aliénation dont le but est de faire s’occuper les gens de tout sauf de ce qui doit les concerner dans leur vie citoyenne. C’est plus facile ainsi, pour aller dans la prédation de haut vol que chacun sait. La réhabilitation des Zwis (pluriel de Zaouïas, en bon argot sétifien) est un signal fort de retour vers une conception archaïque de la religion. Totalement aligné sur le modèle colonial qui a joué sur cette corde jusqu’à ce que nos valeureux aïeuls prennent les choses en main et affranchissent la population de l’emprise de cette machination diabolique. Boutef l’a compris et a rejoué la partition en y introduisant un laxisme bien orienté : Tout ceux qui parlent de religion ne sont pas inquiétés, tout les autres sujets sont interdits ! Si on rajoute, le sur-jeu de nos gouvernants qui n’hésitent pas à aller dans le sens des extrémistes et à mouiller la chemise dès lors que les gens commencent à chouiner un peu et la boucle est bouclée. L’Etat réprime tout ce qui n’est pas de l’ordre du religieux et laisse faire le religieux, surtout le plus abrutissant possible. Les dernières affaires médiatisées : les Ahmadiyya, qualifiés de non-musulmans ! et les saisie de livres Chiites car contraires à la vision salafiste, nous confirment cette démarche diabolique en cours. Je ne sais pas ce qu’il faudrait pour nous en sortir mais une action de fond qui partirait de l’école pour arriver à l’université en passant par les mosquée ne serait pas du luxe. D’abord une éducation civique et citoyenne, loin de toute considération religieuse. Même si nous sommes musulmans à 90%, la religion n’a pas vocation à diriger notre vie citoyenne. Ensuite, un toilettage complet du corpus universitaire pour le débarrasser des miasmes Salafistes et Azhrariste pour le focaliser sur un Islam moderne et réformé. Et pour finir, une révolution au niveau de la gestion du culte par la mise en place d’un clergé en charge de ces aspects et fonctionnant comme (...)

Quelle est la nature du problème ?