Lundi  03 Ramadhane 1438  -  29 mai 2017
Accueil > Cher Macron, n’oubliez pas le 8 mai 1945 !

Signaler au modérateur

Certains commentaires publiés pourront parfois échapper à la modération, nous vous prions de nous signaler à travers ce formulaire un commentaire qui vous semble génant.


Voici le message que vous voulez signaler :

Djafari : Les rassemblements qui mobilisaient jadis, en France, les intellectuels dénonçant la guerre d’Algérie, celle du Viet Nam, la barbarie israélienne ou l’intervention contre l’Irak ont disparu. Des voix, telles celle d’Alphonse de Lamartine, ce grand humaniste proche de l’Islam des lumières, sont devenues une denrée rare, de plus en plus rare par les temps qui courent ! Force est de constater que l’espace ainsi libéré concède la plus belle part aux extrémismes les plus pathétiques. La trame de votre texte agréable constitue le parallèle sans cesse affiché entre la dérive identitaire d’une France post printemps arabes effarouchée par les attentats et une Algérie, au pouvoir sénile et délabré, qui s’accroche avec l’énergie du désespoir aux derniers privilèges que le pétrole peut encore offrir, mais de moins en moins et pas pour longtemps. Dans un tel contexte, la notion de génocide du 8 mai 1945, étroitement liée à celle d’armistice franco-allemand, s’est évaporée avec les dernières volutes de fumées des champs de bataille parsemés de corps à peine refroidis des héros et des martyrs entassés les uns sur les autres. Monsieur Macron, pour des raisons évidentes de commerce électoral, a essayé de séduire un électorat Maghrébin peu enclin à la fréquentation des isoloirs, mais ses réelles intentions ne sont destinées qu’à contrebalancer son positionnement, dès le début de son mandat, sur l’atlantisme ambiant qui a préempté l’Union Européenne et qui fait le pari de s’aligner sur l’extrême droite Israélienne. Cette extrême droite qu’il combat en France et qu’il soutient au Moyen Orient comme ses (...)

Quelle est la nature du problème ?