Accueil > Un exemple à suivre

Signaler au modérateur

Certains commentaires publiés pourront parfois échapper à la modération. Nous vous prions de nous signaler à travers ce formulaire un commentaire qui vous semble génant.

Voici le message que vous voulez signaler :

Hamoud : Bien au contraire, cet acte de bénévolat procède de comportement citoyenneté, d’abnégation pour les autres et de solidarité sociale. Il mérite toute la considération. Devant la carence des pouvoirs publics qui nous ont habitué à la mauvaise gouvernance y compris au niveau local, les citoyens en général, les jeunes en particulier peuvent et doivent apporter bénévolement leur contribution à toute action permettant d’améliorer le cadre de vie, les soins aux malades, aider les plus vulnérables, etc...L’ancestrale TOUIZA se perpétue à ce jour en Kabylie pour nettoyer l’environnement, curer les égouts, poser des conduites d’eau, chauler les murs, etc... J’ai participé personnellement à des travaux de réhabilitation d’un centre social. Repeindre une classe ou un établissement scolaire ne requiert pas la maîtrise de la science et de la technologie. Ce savoir faire est accessible à tous et à toutes. Des femmes de mon entourage le font avec dextérité même. De même que pour planter et arroser un arbre et le faire avec des enfants... Comme dans toutes les sociétés du monde, la nôtre a besoin de renouer avec le bénévolat, le volontariat, le service civil et avec toutes les actions individuelles ou collectives qui oeuvrent au raffermissement de la solidarité, la cohésion sociale et la protection de l’environnement. Le mouvement associatif en est le cadre idéal. Dans les années 60 et 70, ces actes citoyens étaient nombreux et bien ancrés dans nos moeurs. N’attendons tout de l’Etat, surtout si ses démembrement y sont défaillants.

Quelle est la nature du problème ?

Merci d'indiquer ci-après que vous n'êtes pas un robot