Accueil > 8e édition du festival du film amazigh de Sétif : Takfarinas enflamme Aïn El Fouara

Signaler au modérateur

Certains commentaires publiés pourront parfois échapper à la modération. Nous vous prions de nous signaler à travers ce formulaire un commentaire qui vous semble génant.

Voici le message que vous voulez signaler :

Je trouve tout d’abord très intéressant que Sétif dont la population est arabophone organise un festival du film amazigh. C’est formidable, cela prouve que quoiqu’on puisse raconter les arabophones ne sont pas si sectaires que cela. Je voudrais adresser un petit mot à Mme ou Melle Thanina. Avant de le faire, je précise que je suis natif de Petite Kabylie que j’ai vécu à B.B.A. depuis ma tendre enfance ; et que j’ai fait mes études au Lycée Med Kérouani (7 années en internat) ; autant dire que j’aime tout mon pays dans sa diversité. Je n’étais d’ailleurs pas étonné que Sétif organise ce type de manifestation. Quant à vous Mme ou Melle Thanina, votre message est plein de sous-entendus. Vous avez une drôle de façon de voir l’Algérie, car vous la limitez à un type de culture et de patrimoine et même à un type d’homme politique. Je doute que vos souhaits de bonne année soient adressés à tous les sétifiennes et sétifiens. Ils sont plutôt adressés à ceux qui se disent par sectarisme les seuls dépositaires du patrimoine culturel national. Ceux qui se croient directement descendus des premiers amazigh et qui se sont tout le temps batuus contre tous les colonialismes. Inutile de dire que ceux que vous désignez par autres - moins millénaires - sont les arabes. Les représentants d’un « colonialisme » auquel les amazigh se sont affrontés. Mais vous êtes en France, nation qui a colonisé l’Algérie ! Êtes-vous à Paris parce que la misère vous y a envoyé ? Si c’est le cas vous êtes comme tous les zouafra et clandos algériens pour gagner votre croûte à Paris ... et c’est normal, qu’à partir de Paris encouragiez les défenseurs de la culture kabyle opprimée, contre les autres. Si vous êtes à Paris pour les raisons ci-dessus évoquées, il est légitime que appeliez à la révolte des kabyles dont la culture est opprimée. Mais, voilà, tout indique que vous n’êtes pas du tout à Paris parce que la misère algérienne vous y a forcé. Non, vous êtes à Paris parce que le colonialisme français vous semble plus doux que le colonialisme arabo-musulman. (...)

Quelle est la nature du problème ?

Merci d'indiquer ci-après que vous n'êtes pas un robot