Accueil > L’après octobre 1988 : L’Algérie entre affairisme d’Etat et déficit démocratique

Signaler au modérateur

Certains commentaires publiés pourront parfois échapper à la modération. Nous vous prions de nous signaler à travers ce formulaire un commentaire qui vous semble génant.

Voici le message que vous voulez signaler :

ça, c’est la vérité, la vrai pas langue de bois. C’est à chaque citoyen d’être exigeant d’abord de lui même et ensuite des autres et surtout du pouvoir, parque tant que le citoyen algérien ne se regarde pas dans son miroir pour voir ses défauts en premiers son pays n’avancera pas.

Quelle est la nature du problème ?

Merci d'indiquer ci-après que vous n'êtes pas un robot