Accueil > L’après octobre 1988 : L’Algérie entre affairisme d’Etat et déficit démocratique

Signaler au modérateur

Certains commentaires publiés pourront parfois échapper à la modération. Nous vous prions de nous signaler à travers ce formulaire un commentaire qui vous semble génant.

Voici le message que vous voulez signaler :

Salim : Ca ne risque pas de se produire vu que c’est lui qui les choisi. De toutes les manières, ils ne servent presqu’à rien vu que c’est lui qui dirige. Lorsque je dis presque rien, c’est dans le sens où il ne font que rajouter à la désolation en rajoutant à leur inefficience leur incompétence notoire.

Quelle est la nature du problème ?

Merci d'indiquer ci-après que vous n'êtes pas un robot