Accueil > L’après octobre 1988 : L’Algérie entre affairisme d’Etat et déficit démocratique

Signaler au modérateur

Certains commentaires publiés pourront parfois échapper à la modération. Nous vous prions de nous signaler à travers ce formulaire un commentaire qui vous semble génant.

Voici le message que vous voulez signaler :

Gharib : Hypocrite, c’est toi qui a parlé de blonde ce n’est pas moi ! MES BLONDES À MOI SONT SÉTIFIENNES. Mets-toi en tête, espèce d’idiot, qu’il ne suffit pas à une femme d’avoir les yeux bleus et les cheveux blonds pour qu’elle soit belle. Il y a en plein de blondes aux yeux bleus en Amérique du Nord qui sont aussi moches que toi, pardon je veux dire qu’elles sont aussi belles qu’un crapaud. Par ailleurs, la beauté du corps n’est pas aussi importante que celle de l’esprit. La beauté du corps ne résiste pas au temps, mais celle de l’esprit demeure jusqu’à la fin de la vie, et c’est cette beauté qui fait les vraies femmes, et c’est cette beauté qui m’intéresse, et de ce côté-là le Made-in-Algeria n’est pas pire que les autres. Get lost now asshole !

Quelle est la nature du problème ?

Merci d'indiquer ci-après que vous n'êtes pas un robot