Accueil > L’après octobre 1988 : L’Algérie entre affairisme d’Etat et déficit démocratique

Signaler au modérateur

Certains commentaires publiés pourront parfois échapper à la modération. Nous vous prions de nous signaler à travers ce formulaire un commentaire qui vous semble génant.

Voici le message que vous voulez signaler :

camisole (j’ai droit de reponse (...) : Par contre ton étreinte patriotique à toi est charnellement bestiale, d’où tu sembles en tirer une nostalgique jouissance frustratrice de ne pas avoir eu la chance opportune de participer aux razzias avec tes aïeules, qui violaient leurs pauvres victimes encore toutes chaudes. La virilité avec ses attributs semblent faire une fixation obsessionnelle chez toi, sans doute, dû à un gène immuable, ou un legs ancestral, férocement entretenu et hypocritement dissimulé. Comme l’a brillamment mentionné Salim, une muleta suffit à te faire remuer du ventre comme une valseuse à deux temps, un torchon nuptial te fera danser à quatre temps. Quant à ta pommade au bulbe d’osier, autant l’étaler sur une jambe de bois, au grand bonheur des unijambistes, ça leur fera une belle jambe. En ce qui concerne ta loquacité imberbe et logorrhéique, en usant de métaphores animalières macabres à peine voilées, sache que venir, semer, planter…etc. ne bernerait même pas un mioche en couche culote à 10 DA pièce. Le plus juste aurait été ainsi : venir = envahir, semer = violer, planter = anéantir …etc. T’aurais dû user d’euphémismes à l’eau de rose, pour faire passer une calomnie aussi vulgaire et si puérile. Au sujet de tes incessantes jérémiades qui fusent de partout et tout le temps ; sache que ses tes oreilles qui ne sont pas faites pour toutes les bouches, et par la même occasion bride tes yeux d’œillères, peut être là ! tu apprendras à garder le cap et à y voir plus clair, et ménager ainsi la susceptibilité des participants. Je vous salue aussi (...)

Quelle est la nature du problème ?

Merci d'indiquer ci-après que vous n'êtes pas un robot