Accueil > Rencontre régionale sur l’apprentissage du Saint Coran

Signaler au modérateur

Certains commentaires publiés pourront parfois échapper à la modération. Nous vous prions de nous signaler à travers ce formulaire un commentaire qui vous semble génant.

Voici le message que vous voulez signaler :

Kamel El Guelmi : @ Scarlett Je suis complètement d’accords avec vous en ce qui concerne les poètes et je n’ai jamais dis le contraire. Mais je m’adressait aux anonymes unis qui connaissent tous le contexte coranique dans lequel cette sourates a été révélée. En fait et au septième siècle , rien ne fascinait les arabes de cette époque que le bon verbe et la poésie à un point où il organisaient des compétions annuelles à la Mecque où les vainqueurs en plus d’une grande somme d’argent qu’il gagnent, ils auront le grand honneur de voir leurs Moualakates ( très long poèmes ) suspendues sur les mûrs de la Kaaba durant toute l’année et toutes les tribus d’Arabie pourront lire jusqu’à l’année prochaine. L’apparition du Coran avec leur langue mais avec un style littéraire tout à fait différent et avec une éloquence inimaginable (Version arabe ) ,n’est ni poèsie ( chi’ir ) ni récit (Nathr) les a rendu perplexe . ils se posaient les questions sur le mystère derrière ces paroles qui arrivent à attirer les foules. Alors , ils ont commencé à dire d’abords que Mohamed est un sorcier et puis c’est un poète pour le discréditer : à ce moment là , ces versets ont été révélées pour fixer leurs idées non pas pour les interdire de dire des poème mais pour les inciter à faire la différence : Le texte coranique bien qu’il est d’une beauté extrême n’est pas un livre de poésie et Mohamed n’est pas un poète il est plutôt un homme engagé qui porte un message beaucoup plus qu’un message de circonstance qui fascine par l’éloquence mais il est là pour durer et se répondre.

Quelle est la nature du problème ?

Merci d'indiquer ci-après que vous n'êtes pas un robot