Accueil > Un glissement de terrain à Aït Noual M’zada

Signaler au modérateur

Certains commentaires publiés pourront parfois échapper à la modération. Nous vous prions de nous signaler à travers ce formulaire un commentaire qui vous semble génant.

Voici le message que vous voulez signaler :

Gomez : Ces glissements de terrain, beaucoup de membres de ma famille résidant a Constantine en ont subi les désagréments depuis quelques années déjà. Les quartiers les plus touchés sont le Bardo, Siloc, Cité Boussouf, Cité du 20- Août et Aïn-El-Bey notamment. Quelques immeubles penchent légèrement et menaçent de s’écrouler. Même l’université islamique compte parmi les sites menacés et la dalle principale de la grande esplanade s’est affaissée de quelques centimètres et le carrelage s’est détaché par endroits. Ce phenomeme semble dû à la conjonction d’un certain nombre de causes : fragilité naturelle des lieux, infiltration des eaux pluviales, mais surtout à la vétusté de réseau de distribution d’eau qui entraîne dans le sous-sol une perte très importante (au moins 40%) du précieux liquide, et qui mine alors les fondations des habitations. La réfection du réseau AEP pour pallier a cette déperdition est tombée à l’eau depuis le retrait de la Banque mondiale devant financer le projet. Le président de l’APC a ordonné l’évacuation des immeubles (touchés par le mouvement du sol). Cependant certains propriétaires des immeubles classés rouge mais qui ne présentaient pas de fissurations évidentes ont refusé d’être délogés parce qu’ils étaient intimement convaincus que les risques encourus étaient exagérés et que l’alibi de l’instabilité du sol n’etait qu’une stratégie savamment orchestrée par les autorités pour faire main basse sur le foncier des quartiers de la ville.

Quelle est la nature du problème ?

Merci d'indiquer ci-après que vous n'êtes pas un robot