Accueil > Un charlatan de Sétif sur Facebook

Signaler au modérateur

Certains commentaires publiés pourront parfois échapper à la modération. Nous vous prions de nous signaler à travers ce formulaire un commentaire qui vous semble génant.

Voici le message que vous voulez signaler :

Staïfi Scientifique : Afin d’éclairer efficacement les Sétifnautes sur ce phénomème dans notre société. Il me semble utile de rappeler ce "remède" utilisé depuis bien longtemps et qui s’appelle le PLACEBO ou l’effet Placebo. https://fr.wikipedia.org/wiki/Placebo_(pharmacologie) Un médicament placebo contient des substances supposées neutres, On considère comme placebo une substance pharmacologiquement active, mais dépourvue d’effet intrinsèque sur la maladie présentée par le patient, par exemple la prescription d’une vitaminothérapie dans les états dépressifs. Des techniques médicales non efficaces (simulacres d’interventions chirurgicales, de traitement par radiations, ionisantes ou non, de prise en charge psychologique) sont également appelées placebos. L’effet d’un médicament actif comporte pour une part un effet placebo. Par exemple si l’on ressent une baisse de la douleur après prise d’un placebo d’aspirine, il s’agit de l’effet du placebo. Si l’on ressent une amélioration quelques minutes après la prise d’aspirine, à un moment où sa concentration sanguine n’est pas mesurable, il s’agit de l’effet placebo de la substance active qu’est l’aspirine. La réponse placebo est très variable car elle est fonction de plusieurs facteurs : pouvoir de conviction du médecin, confiance personnelle du patient, empathie, etc. Cette réponse n’est pas uniquement psychologique mais a des réalités biochimiques. Deux mécanismes psycho-physiologiques suffisamment étudiés à ce jour peuvent expliquer l’effet placebo : la suggestion et le conditionnement. Le placebo a une efficacité prouvée chez le sujet sain, avec une moyenne de patients ressentant un effet quelconque de 15 à 25 % selon les études. Dans ce cas particulier, 50 % des patients décrivent l’effet ressenti comme bénéfique, et 50 % comme nocif. Le seul fait d’annoncer à des volontaires qu’ils allaient absorber un analgésique puissant active la libération d’endorphines lors d’une stimulation douloureuse. L’effet semble également corrélé au prix du comprimé. Le charisme et l’écoute du médecin prescripteur (...)

Quelle est la nature du problème ?

Merci d'indiquer ci-après que vous n'êtes pas un robot