Accueil > Journée portes ouvertes sur les services bancaires de la BDL de Sétif

Signaler au modérateur

Certains commentaires publiés pourront parfois échapper à la modération. Nous vous prions de nous signaler à travers ce formulaire un commentaire qui vous semble génant.

Voici le message que vous voulez signaler :

BENYOUCEF : Toute la BDL, c’est du FESSTI, Tout d’abord, laissez-moi me présenter à vous. Je suis exilé en France et j’ai tenté de retourner au pays pour créer un pôle agricole qui aurait permis la création de 35 emplois. J’avais un peu d’argent à la BDL de Tagourait et j’ai pensé que cette banque pouvait m’aider. Rien du tout, Sahra, Oualou. Ils se servent et servent les copains. Je précise que je suis le 3ème docteur en agronomie de l’Algérie et j’ai 62 ans. Je viens d’écrire un livre où je réserve un chapitre à la BDL. Je vous le soumets pour lecture et je propose au modérateur de SETIF-INFO de lui envoyer tout le livre pour publication online.. BONNE LECTURE : =================================================================== La B.DL de Staouéli Avec la B.D.L j’ai eu des relations ambigües à l’extrême. Il faut vous dire que j’avais déposé les fonds dont je dispose à l’agence B.DL de Aïn Tagourait et ce depuis des années. Pour la compréhension de la suite. Je me dois de vous dire qu’il s’agissait d’une forte somme acquise à la sueur de mon front durant plus de 30 ans. Mon argent servait donc à la BDL de financer les autres clients de la banque, et d’un cheminement frappé du coin du bon sens, je me suis dit que c’était à elle que je devais m’adresser pour mon projet. Il est aussi nécessaire que je vous raconte une mésaventure que j’avais eue avec le P.D.G de la B.D.L, un monsieur que je n’avais jamais vu de ma vie. Je n’ai eu avec lui que des rapports épistolaires. J’avais pris connaissance en 2009 d’une conférence de presse où le PDG de la BDL, en l’occurrence Monsieur Mohamed Arslane Bachtarzi, se pavanait en déclarant que les fonds de la communauté algérienne installée en France étaient déposés dans des banques françaises et que la BDL venait de prendre la décision d’ouvrir des succursales en France. Rompu aux relations franco-algériennes, je savais que c’était encore un projet destiné aux oubliettes. Mais, comme je suis un optimiste impénitent , je prends ma plume et je transmets un courrier assez circonstancié au siège de la (...)

Quelle est la nature du problème ?

Merci d'indiquer ci-après que vous n'êtes pas un robot