Accueil > L’attribution d’un logement de fonction à une députée annulée

Signaler au modérateur

Certains commentaires publiés pourront parfois échapper à la modération. Nous vous prions de nous signaler à travers ce formulaire un commentaire qui vous semble génant.

Voici le message que vous voulez signaler :

Djafari : Un fois élue, cette députée perd-elle automatiquement son statut d’enseignante ? Que se passera-il si, à la prochaine législature, elle ne se représente plus ? reprendra-elle son poste d’enseignante ? Le Chef de Daira est-il du même bord politique qu’elle ? ou bien y a-t-il conflit d’intérêts (concurrence entre les partis, tous issus du FLN) ? Voila tout au moins les questions que le juge posera certainement. Ce qui ne me surprend qu’à moitié, c’est que dans notre pays, les ministres, les militaires, les députés et autres hauts personnages (sachant qu’il n’ y a de haut que le créateur) ont tous les droits. Pour la première fois, en tout cas à ma connaissance, on refuse un avantage à un député. Est-ce par souci d’éthique ou par conflit d’intérêts dû au multipartisme (et même si la pensée unique est toujours de rigueur) ? Entre nous soit-dit, un ou une député(e), avec une rente de 400 000 dinars par mois et pour quatre ans je crois, soit : 400 000 dinars multipliés par 48 mois = 19 200 000 DA, elle a largement les moyens de s’acheter un appartement, surtout avec tous les avantages de crédits que ces supercitoyens peuvent obtenir … Quand on dispose de tous ces privilèges on pense rarement aux pauvres citoyens qui vivent à 10 dans un deux pièces et parfois « chez la famille ».

Quelle est la nature du problème ?

Merci d'indiquer ci-après que vous n'êtes pas un robot