Accueil > Terre aimée, Algérie, un essai de Denise Morel Ferla

Signaler au modérateur

Certains commentaires publiés pourront parfois échapper à la modération. Nous vous prions de nous signaler à travers ce formulaire un commentaire qui vous semble génant.

Voici le message que vous voulez signaler :

Issim Israël Rozzio : Msiou l’anonyme. Tout dernièrement , j’ai croisé un rat dans les rues de Sétif... étrangement , il a la face d’un homme qui me dit quelque chose ; en fait , il te ressemble. Je crois qu’Allah a commencé son oeuvre ; il n’a pas attendu le passage à l’haut delà . Regarde - toi dans une glace. Que vois-tu ? Un homme qui dégénère.Un homme dont ses semblables se limitent à ses acolytes de la mosquée , qui marche droit devant muni d’oeillères et qui ne distingue plus le bien du mal , le vrai du faux ...et qui ne voit plus ou fait semblant de ne pas voir les nuances des choses de la vie.

Quelle est la nature du problème ?

Merci d'indiquer ci-après que vous n'êtes pas un robot