Accueil > Terre aimée, Algérie, un essai de Denise Morel Ferla

Signaler au modérateur

Certains commentaires publiés pourront parfois échapper à la modération. Nous vous prions de nous signaler à travers ce formulaire un commentaire qui vous semble génant.

Voici le message que vous voulez signaler :

salah qui devient salohi : a DENIS MOREL effectivement , j’ai lu son livre "Setif de ma jeunesse". Elle ne parle que de setif coté jardin , coté belle vie des colons installés en Algérie et spécialement à sétif. Elle parle de ses souvenirs car elle n’a jamais marché pieds nus. Elle a toujours pris son goutter , son repas de midi et sa soupe chaude le soir. Moi , le pauvre Algérien, le misérable sétifien, j’ai vécu dans la misére noire corbeau. d’ailleurs, ,les algériens , à partir du cours de fin d’études (équivalent de la sixiéme ratée), ils sont mis à la porte automatiquement. Maintenant, si ce deuxiéme livre vient comme pour dire pardon à la population Algérienne qui a vécu les plus grandes miséres du colonialisme , OUI ,car, ....la plaie est toujours ouverte.

Quelle est la nature du problème ?

Merci d'indiquer ci-après que vous n'êtes pas un robot