Accueil > Terre aimée, Algérie, un essai de Denise Morel Ferla

Signaler au modérateur

Certains commentaires publiés pourront parfois échapper à la modération. Nous vous prions de nous signaler à travers ce formulaire un commentaire qui vous semble génant.

Voici le message que vous voulez signaler :

le petit setifien : Pour avoir étudié, vécu pendant presque 7 ans en France, je voudrais apporter un témoignage. Garder le dans vos cœurs, analyser le avec passion mais surtout avec raison. Je fais le sermon devant dieu qu’il est vrai. Un jour, dans une salle des profs dans un lycée technique, pour vous dire juste le contexte « personnes lettrées », un professeur se plaint en ma présence de voir les néons de sa classe de cours pas encore remplacés. L’agent destinataire de cette plainte lui répond d’un air moqueur : "Tu te crois du temps des colonies". Méditer sur ce que les colonies ont apporté à la France. Un voisin pied noir natif de Blida voyant mes préparatifs de retour en Algérie, m’interpelle en disant : "Enfin vous ne manquer de rien en Algérie vous vivez de vitamine D". Même notre soleil est convoité, ils ont le leur et c’est le même. Méditer sur ce qu’ils convoitent encore.

Quelle est la nature du problème ?

Merci d'indiquer ci-après que vous n'êtes pas un robot