Accueil > Sétif manque de toilettes publiques

Signaler au modérateur

Certains commentaires publiés pourront parfois échapper à la modération. Nous vous prions de nous signaler à travers ce formulaire un commentaire qui vous semble génant.

Voici le message que vous voulez signaler :

Gomez : Réponse à Amperois : Pourquoi donc serais-je serais raciste ? C’est une simple constatation des faits. On ne peut pas cacher le soleil avec un tamis. Il y a qu’à faire un tour à la gare routière pour voir comment ces gens-là ont transformé les lieux. Et puis j’ai déjà fait le voyage dans ces minibus Toyota qui traversent plusieurs villages. La honte, c’est lamentable. Il faudrait que je mette toujours en face d’une fenêtre pour ne pas avoir à sentir les odeurs corporelles. Et pourtant, l’eau abonde. Sans parler de ces jeunes qui prennent la chique [tabac à priser], qui puent l’haleine et qui se débarrassent du produit de leur mastication sous le siège ou en crachant le jus amer de la chique par la fenêtre. Rien qu’à y penser, j’ai envie de vomir mes tripes parce qu’un jour un vieux d’El Harrouch a craché le tabac roulé et mastiqué par la fenêtre du minibus, et comme par hasard, ce jour-là, le vent soufflait dans la direction contraire où j’étais assis dans la rangée juste derrière, et je vous épargne les détails mais j’ai cru avoir ressenti un retour de crachat sur ma joue. Il a fallu beaucoup de patience pour ne pas lui taper dans la gueule. Depuis ce jour là, j’évite de prendre le transport public. Ceci dit, je respecte les villageois qui viennent pour la journée faire leurs emplettes et repartent en fin de journée en gardant les lieux propres. Par contre, ceux qui viennent sans but précis, qui se rendent en ville uniquement pour errer, trainer et vagabonder, et aller au hasard des rues et qui le soir venu, ils se rendent à la mosquée parce que le besoin d’uriner les presse ou pour piquer un petit somme parce qu’ils sont extenués, ceux-là je ne les aime guère. Quelqu’un qui ne respecte pas la sacralité des lieux ne mérite pas mon (...)

Quelle est la nature du problème ?

Merci d'indiquer ci-après que vous n'êtes pas un robot