Accueil > Le café littéraire de Sétif rend hommage à Assia Djebar

Signaler au modérateur

Certains commentaires publiés pourront parfois échapper à la modération. Nous vous prions de nous signaler à travers ce formulaire un commentaire qui vous semble génant.

Voici le message que vous voulez signaler :

à tous les wahabo salafistes de setif info (declarés,cachés,déguisés,camouflés),je vous offre cette dernière fatwa émise par le grand mufti de la séoudie : Un imam saoudien cannibale décrète : « L’homme peut manger sa femme en cas de faim » ARTICLE | 9. AVRIL 2015 - 9:41 algerie patriotique Abdel Aziz Ibn Abdillah Ali Cheikh. D. R. Une nouvelle fatwa vient d’être proclamée et qui prend, sans conteste, la première place du palmarès des avis juridiques religieux les plus ridicules émis jusqu’à aujourd’hui par certains prédicateurs salafistes sous influence wahhabite. La fatwa en question permet à l’homme « de se nourrir d’une partie ou de tout le corps de sa femme au cas où il aurait été saisi par une faim extrême qui lui ferait craindre pour sa santé ». Cette ineptie extraordinaire est l’œuvre du grand mufti de l’Arabie Saoudite, le « cheikh » Abdel Aziz Ibn Abdillah Ali Cheikh, qui considère cette fatwa comme étant une « preuve » du sacrifice et de l’obéissance de l’épouse à son mari et de son envie pour que leurs deux corps communient et deviennent une seule chair. Cette nouvelle sortie du cheikh, qui n’en est pas à sa première, a choqué plus d’un et provoqué un tollé d’indignation sur les réseaux sociaux. Ce même prédicateur avait prescrit une fatwa, récemment, qui autorise le mariage des filles en dessous des 15 ans, mettant ainsi un terme au débat suscité en Arabie Saoudite sur les réalités de la vie au royaume, où les filles sont mariées très jeunes avec des prétendants, en majorité des vieillards, choisis par leurs pères. Si la fatwa autorisant « l’allaitement des grands » était l’une des plus pétrifiantes, celle émise par Mohammad Al-Arif, reste, de loin, la plus méprisable, provoquant une crise au sein de la société musulmane. Ce prédicateur a ouvert la porte au « djihad a’nikâh » en Syrie. En réalité, ce « djihad » est une forme de prostitution légalisée par les extrémistes religieux qui infestent le monde musulman, téléguidés par l’Occident, au nom de la « guerre sainte ». Des milliers de jeunes filles et femmes (...)

Quelle est la nature du problème ?

Merci d'indiquer ci-après que vous n'êtes pas un robot