Accueil > Evénements >

L’ADE trace un programme spécial

lundi 22 mars 2021, écrit par : F. Senoussaoui

Dans le souci d’assurer le remplissage d’El-Mahouane pour bien gérer la saison estivale et assurer un approvisionnement régulier de ses clients, la direction de l’ADE de Sétif a changé le programme d’approvisionnement des ménages des communes alimentées à partir de ce système.

L’unité de Sétif de l’ADE (Algérienne des eaux) a adopté, il y a plusieurs mois, un programme spécial dont l’objectif est de rationner, voire rationaliser l’eau du barrage d’El-Mahouane, à savoir le système Ouest qui entre dans le cadre des grands transferts d’eau. Le manque de la ressource dû essentiellement au stress hydrique que connaît la région inquiète les responsables du secteur, notamment les gestionnaires du volet distribution qui font souvent face à la grogne de la population.
À Sétif, une wilaya pauvre en ressources hydriques, la tâche des gestionnaires de l’eau n’est pas de tout repos. La démographie galopante, les cités d’habitation qui poussent comme des champignons ne facilitent pas la tâche aux responsables de l’ADE.
Cela fait plusieurs mois que le niveau du barrage d’El-Mahouane, alimenté à partir du barrage d’Ighil Emda (wilaya de Béjaïa), a sensiblement baissé et l’arrêt du pompage du liquide précieux n’a pas laissé les responsables de marbre.
“Dès que nous avons constaté que l’eau manque, nous avons changé le programme d’approvisionnement des ménages des communes alimentées à partir de ce système. C’est dans le souci d’assurer le remplissage d’El-Mahouane pour bien gérer la saison estivale et, du coup, assurer un approvisionnement régulier de nos clients. Notre souci est d’assurer une distribution rationnelle et plus ou moins équitable pour toutes les régions approvisionnées à partir d’El-Mahouane”, a expliqué Ali Kara Abdelaziz, directeur de l’unité ADE de Sétif, en marge de la célébration de la Journée mondiale de l’eau. Et de renchérir : “Les mesures prises pour revoir la distribution depuis des mois ont porté leurs fruits, car le niveau du barrage a augmenté et nous pouvons rassurer nos concitoyens dans une dizaine de communes que l’eau ne manquera pas dans leurs robinets durant le mois sacré et la saison estivale.”
Avec une capacité de stockage de 105 250 m3, les dix réservoirs permettront d’assurer une distribution quotidienne de l’eau. De son côté, le chef de projet, M. Boudrahem, a indiqué que les travaux de réalisation du système Ouest sont achevés à hauteur de 99%, et il ne reste que le système de télégestion. Il a imputé le retard enregistré à la pandémie de coronavirus et aux mesures de confinement.
“Les travaux ont repris et seront achevés prochainement”, a-t-il précisé. Sur un autre volet, l’ingénieur Abdelkader Amraoui, qualifié de “cerveau du système Ouest des grands transferts”, a indiqué que le système est des plus performants en matière de traitement des eaux, avec une station de pompage de quatre bras, appelés couloirs extensibles dont trois de refoulement et un gravitaire, gérés à partir d’El-Mahouane. “Les bassins de coagulation, de floculation, de décantation et de filtration à sable et un réservoir de stockage sur place de 30 000 m3 qui font de cette station la plus grande à l’est du pays permettent d’avoir une très bonne qualité de l’eau qui est aussi traitée dans les réservoirs”, s’est réjoui l’ingénieur, avant d’ajouter : “Pour les eaux de lavage, nous avons même prévu un système de recyclage de 4000 m3/j. Actuellement, la capacité de production de la station de traitement est de 135 000 m3. Cette capacité sera revue à la hausse d’ici 2040, à 200 000 m3.” Sur un autre volet, le premier responsable de l’ADE a soutenu que l’effort des différents départements de son unité a contribué à l’augmentation de la quantité de l’eau stockée, en passant de 3 à 9 millions m3.
Il s’agit notamment de la réparation des fuites en réduisant ces dernières à moins de 10%, comme il a été préconisé par la direction générale. Un travail titanesque qui a été consolidé par le recours aux entreprises dans le cadre de l’Ansej.
Tout en prévoyant une situation plus confortable durant les prochains mois en assurant une plage de distribution plus importante et une fréquence satisfaisante, le directeur de l’ADE a salué l’effort des équipes chargées du contrôle qui ont découvert des dizaines de raccordements illicites pour l’irrigation des cultures maraîchères.
Selon lui, le recours à l’installation de nouvelles vannes a permis de mieux réguler la distribution. Ainsi, le nombre de vannes est passé de 75 en 2019 à 100 en 2020 et sera revu à la hausse durant l’exercice en cours.

FAOUZI SENOUSSAOUI
Liberté


Partager cet article :

Derniers articles

Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus