Accueil > Sétif profond > Sétif Ville >

Yekfi ! Assez ! Basta ! Peur sur la ville : Quand le crime se banalise

Lorsque la vie ne tient plus qu’à un …………..rien !
mercredi 6 mai 2009, écrit par : A. Nedjar, Sétif Info, mis en ligne par : Boutebna N.

ucune valeur n’est relayée ici pour comprendre et justifier cet acte criminel. Houssem ne survivra pas à ses 20 ans. Il ne connaîtra jamais celle de ses camarades du même age. Pourtant il n’avait à peine que 19 ans ! Le sort, en a aurait-t-il ainsi décidé pour lui. ? Le destin l’aurait-t-il fixé ici ? Non, c’est la bêtise humaine qui en aurait décidé autrement pour cueillir cette vie en pleine croissance.

Houssem est un de ces garçons plein de vie, gai, joyeux, affectueux, sportif et très aimé de ses amis. Arrivés sur les lieux au moment ou le convoi mortuaire s’était ébranlé vers sa dernière demeure, nous avons découvert tout un boulevard en émoi .Les trottoirs contenaient difficilement cette foule de collégiens et collégiennes venus en masse du CEM Zerrouki dire leur douleur avec des pleurs et des larmes, leurs adieux à leur ami Houssem.

Nous n’ avons pu que difficilement nous frayer le chemin pour aboutir aux étages supérieurs auprès de la famille pour enregistrer avec plus d’intensité encore cette épreuve difficilement supportable d’une maman entourée des proches et des voisins, nous dire que son cœur fut arraché et que son monde s’est arrêté là.

Très touchée, elle évoque son fils, le benjamin de cinq frères et sœurs et s’interroge sur ce triste sort qui s’est abattu sur elle pour lui ravir « son Houssem », son petit dernier. C’était une scène insoutenable.

Son oncle, les yeux embués, marqués par la fatigue, nous relata difficilement les faits qui s’étaient produits la veille dans l’après midi.

La famille habite ce grand boulevard Cheikh El Aifa, à la cité communément appelée : les Remparts, au le cœur de la ville de Sétif.

Houssem, comme à son accoutumée, quitta le domicile familial pour vaquer à ses occupations sans soupçonner que s était là sa dernière sortie.

Juste en face de chez lui, une petite anicroche souleva la colère d’un tenancier d’une pizzeria de 13 ans son aîné ! Houssem est accusé pour avoir détérioré la bâche de protection solaire de l’établissement. Devant ses protestations, il fut rudoyé sur place et arrosé d’injures.

Cela n’a pas suffit au criminel, qui, armé d’un couteau , alla à la recherche de sa victime en voiture , loin , très loin de l’endroit de la première rixe pour la découvrir auprès du cercle des sourd-muet et lui porter traîtreusement un premier coups de couteau sur le flanc puis un second au même endroit avant d’abandonner sa victime consciente mais gisante dans son sang à même le sol. C’est un crime abject que la morale reprouve

Transféré rapidement aux urgences du CHU, Houssem ne survivra pas à ses blessures et rendra l’âme dans cet établissement où travaille son papa.

Ainsi, en moins d’une dizaine de jours Sétif a été ébranlé par deux événements dramatiques que connurent deux jeunes du même age.

Basta ! Assez Yekfi.Toute la société est interpellée devant ces crimes et ces sauvageries.


Partager cet article :

Derniers articles

Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus